Vaincre une résistance (1ère partie)

Publié le par Lutecia

 

Ceci est le premier billet dans la catégorie que j'ai intitulé "Je mets en pratique" (initialement "exercice", mais cela faisait un peu pompeux :-) !!)

Pourquoi cette catégorie ?

Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais je suis très friande des sites et blogs d'aide au développement personnel, je peux y passer des heures à lire d'excellents articles plus riches les uns que les autres de conseils très précieux.

 

Mais un proverbe arabe dit "S'instruire sans agir, c'est comme labourer sans semer" et une fois internet déconnecté, l'ordi fermé, aux oubliettes les précieux conseils et retour aux même schémas comportementaux, donc pas vraiment de progrès.

 

Alors il faut que je trouve un moyen de mettre en application chaque conseil que je jugerai pertinent.

 

Un de mes objectifs est de vaincre certaines de mes résistances qui m'empêchent soit de commencer un projet soit de passer à l'étape suivant.

 

Je commencerai par "Identifier l'élément anxiogène et trouver une à deux solutions de soulagement".

 

Nous savons tous ce que nous avons à faire mais parfois, c'est plus fort nous, impossible de s'y mettre. En réalité, je pense que nous nous focalisons sur "l'élément" anxiogène de la tâche à accomplir  et du coup, trouvons mille et un prétextes pour faire autre chose.

 

Pour ma part, voici trois choses que je dois faire car j'arrive à la limite de ce que je peux supporter et pourtant...

- Trier et ranger le courrier

- Trier le linge et faire des sacs de vêtements à donner

- Nettoyer l'aquarium

 

C'est normal je pense car il existe une Loi de la Vie à laquelle on ne peut échapper "On ne fait que ce qui nous satisfait" en privilégiant d'ailleurs les satisfactions immédiates.

ALors quoi de plus normal que de ne pas se créer une anxiété supplémentaire, qu'elle soit rationelle ou non.

 

A mon avis, il existe autant d'éléments anxiogènes qu'il y a d'individus. Si je réfléchis à ce qui m'empêche de me mettre à ces différentes tâches (1ère application du conseil), je crois que ce qui me vient à l'esprit en premier c'est :

"Oh là là, je vais y passer l'après-midi" et peut-être que passer du temps à faire ces tâches plutôt que de profiter d'une petite balade avec mon p'tit bonhomme m'angoisse !

 

Peut-être que finalement je me fais une idée fausse du temps que cela me prendrait. Je serai peut-être agréablement surprise de constater qu'en une ou deux heures (durée d'une sieste de bébé), je pourrai bien avancer, voire achever l'une de ces tâches. Et puis, si je ne veux pas sacrifier de mon temps avec P'tit loup, je pourrai peut-être faire certaines choses le soir, une fois qu'il est au lit (2ème application du conseil) !

 

Bon, je crois avoir identifié de bonnes pistes. Je résume:

 

Mon élément anxiogène : le temps que cela va me prendre


Solution de soulagement : Profiter du temps où bébé dort pour commencer la tâche.

                                                  Estimer le temps que cela me prendrait. Calculer le temps réel d'exécution. Comparer.

 

Prochaine action : Ce soir, dès que bébé est au lit, je trie le courrier par thème.

 


4483184337_e18428ac76.jpg


Et vous, quel est l'élément anxiogène de ce que vous n'arrivez pas à faire ?

 

Publié dans Je mets en pratique

Commenter cet article