L'art de remettre au lendemain INTELLIGEMMENT

Publié le par Lutecia

Qui, aujourd'hui, ne sait pas ce qu'est un procrastinateur ?

 

Pire encore, qui ne se considère pas comme tel ?

 

Vous n'êtes pas un adepte du développement personnel, et du coup, "un procrastinateur" ça pourrait être une personne qui ne supporte pas la crasse ?

Bon, alors une petite mise au point s'impose avant de passer au vif du sujet : un(e) procrastinateur(-trice), c'est une personne qui a la tendance de souvent, voire toujours, remettre au lendemain ce qui pourrait (surtout "devrait") être fait le jour même.

Ah ! Ca y est !! Vous venez de vous reconnaître, je le savais !!!!

Donc vous connaissez parfaitement les conséquences d'un tel comportement : les impayés s'accumulent et les relances s'empilent, c'est le désordre ambiant, les reproches ne sont pas loin, et vous n'avez qu'une envie, faire l'autruche, comme d'habitude !

 

Ne vous inquiétez pas, vous n'êtes pas seul(e). Votre soeur, votre voisin, votre patron et même la personne que vous admirez le plus pour son efficacité et tous les projets qu'elle accomplit procrastine.

Vous voulez une preuve : qui sait faire deux choses en même temps, l'une doit bien être remise à plus tard pour que l'on se focalise sur ce qu'il y a faire dans l'instant ! Mais vous me direz que c'est là faire preuve d'organisation et non de procrastination ! Et si procrastiner était une question d'organisation ?!

 

Moulte livres de développement personnel traitent du sujet et tentent chacun d'y apporter une solution de changement.

 

En tant que procrastinatrice assumée, voici mes 8 conseils pour transformer sa petite manie en art de vivre :  remettre au lendemain de façon intelligente !

 

1. Identifier la cause de sa procrastination

 

Celle-ci peut avoir une origine très diverse selon l'action à accomplir. Pour l'identifier, le mieux est de se poser la question "qu'est-ce que m'inspire cette tâche ?" 

De l'ennui ? de la peine ? du dégoût ? de l'effort à fournir ? Mais parfois, il faut aussi rechercher du coté de la peur : peur de perdre son temps, peur de ne pas être à la hauteur, peur de se ridiculiser, de se mettre en colère, etc...quand il ne s'agit pas d'un mélange de différentes émotions.... 


 

2.  Replacer la tâche à effectuer dans un projet stimulant

 

Vous l'avez bien compris, quelle que soit la cause initiale, ce qui caractérise le fait de toujours repousser au lendemain est bien souvent le fruit d'un manque de motivation.

Trier et ranger le courrier qui s'est accumulé depuis des mois peut en effet paraître ennuyant, voire stressant quand il faut remettre la main sur les lettres de relance.

En modifiant sa façon de penser, il est possible de créer un nouvel intérêt à cette tâche en la replaçant dans un projet, une résolution plus stimulante.

Trier et ranger le courrier qui s'est accumulé depuis des mois peut être le point de départ d'une nouvelle organisation dont l'objectif est de payer à temps chaque facture, de récupérer un bureau dégagé et attrayant pour y travailler ou pour y faire des activités avec ses enfants, ou pour que son conjoint arrête de pester chaque fois qu'il ne retrouve pas une lettre.

 

A titre d'exemple personnel, je me suis recemment fixée comme objectif de lessiver, qu'est-ce que je dis, de récurer ma cuisine. Chose que j'étais déjà censée faire l'été dernier. Si la perspective de perdre un dimanche après-midi à passer l'éponge sur les murs gras de la cuisine (c'est fou ce que la graisse peut s'accumuler, surtout quand on n'a pas de hotte aspirante !!) ne me passionne pas plus que ça, j'ai replaçé cette tâche dans notre projet d'achat d'une maison. Quel rapport me demanderez-vous ?

Premièrement, en récurant la cuisine, j'ai l'impression d'avancer un peu plus concrètement dans ce projet et deuxièmement, c'est toujours ça en moins que j'aurai à faire le jour où nous quitterons l'appartement, avantage qui sera d'autant plus appréciable si je suis enceinte du petit deuxième à ce moment là !

 

3. Identifier le moment où tout bascule

 

Je pense qu'il y a un moment clé où tout bascule, c'est à dire quand la bonne intention du moment disparaît de façon irréversible.. Je ne suis pas sûre que cela se produise toujours de façon consciente. J'ai pu identifier chez moi deux acteurs de cet instant T :

- une distraction à la recherche de plaisir

- la culpabilité : il y a toujours mieux ou plus utile à faire

La première survient étrangement quand ce que je dois faire me paraît, n'ayons pas peur des mots : chiant; Et la seconde quand au contraire il faudrait que je m'accorde un peu de bon temps !

L'un comme l'autre, le problème vient que, au bout d'un moment, il faut faire un choix.

 

4. Assumer ses choix

 

Finalement, procrastiner revient à faire le choix (inconsciemment souvent) de "ne pas faire" la chose prévue. C'est en quelque sorte une décision. Et ben, au lieu de culpabiliser comme des fous, assumons au moment venu de choisir de "ne pas faire". Assumer à ce moment précis, c'est être conscient que l'on choisit "de ne pas faire" parce que nous avons une justification qui nous paraît juste (je n'ai pas dit qui "est" juste, mais "paraît").

Exemple, ce matin je m'étais dit qu'en rentrant du travail le soir, je continuerai le lessivage de mes portes de placard, or comme vous pouvez le constater, ça frotte dur ! Bah en fait, j'assume. Je choisis sciemment, maintenant, de ne pas les lessiver car j'ai eu une journée un peu chargée et je préfère m'accorder un peu de bon temps. Bien qu'il s'agisse d'une distraction, je l'assume complètement et remet le lessivage à....plus tard, hi !

 

5. Etablir des priorités, un planning et limiter les écarts

 

Il est évident que mon lessivage n'est pas super urgent. Je me suis fixée 3 semaines pour en venir à bout, mais si j'ai besoin d'une semaine de plus pour l'achever, il n'y a pas mort d'hommes, ça ne dérangera personne à part moi. Je peux donc m'autoriser un écart.

Le souci, c'est que l'on procrastine souvent pour des projets qui n'ont pas un degré d'urgence élevé, et le risque de s'autoriser quelques écarts est justement de ne jamais achever, ou trop tard, son projet.

En plus, nous avons bien souvent plus d'un projet en cours, alors faire avancer celui-ci plutôt que celui-là ?

Tous les manuels de développement personnel le diront, établissez la priorité de vos projets : en terme de délai, d'importance sur le plan financier, personnel ou familial.

Pour chacun de ces projets, définissez précisément une date à laquelle le résultat de votre projet est attendu. Pour cela, listez toutes les tâches à effectuer, évaluer le temps (en heures) que chacune d'entre elles va vous prendre, plannifier le jour où la tâche doit être achevée.

Pour chacune d'entre elles, demandez-vous à l'avance si vous pouvez vous autoriser un écart (en fonction de son importance, son urgence), si oui, combien au maximum, et de combien de temps (1 heure ? 2 jours ? 1 semaine ?).

 

6. Avancer doucement mais sûrement

 

Tout est dit : si la somme des efforts à fournir vous paraît incommensurable, commencez simplement par faire le premier effort, puis un second, et un troisième, etc....

Je suis sûre que vous avez déjà remarqué que le plus dur c'est de s'y mettre. Une fois en action, on en fait souvent plus que ce dont on se croyait capable, à notre grand étonnement. Alors "petite pierre" par "petite pierre", construisez votre édifice.

 

7. Faire preuve d'engagement

 

Inscrivez-vous dans une démarche d'engagement vis à vis de vous-même : il est plus facile de voir que l'on déçoit un tiers que soi-même. Néanmoins, c'est bel et bien notre estime qui en prend insidieusement un coup.

Peut-être qu'il est alors temps de faire preuve de plus de détermination pour nous-même, car mince alors, nous le valons bien, non ?

 

8. Se prévoir une récompense

 

La plus belle récompense est certe le résultat et le grand bien à l'estime que l'on a lorsque l'on a accomplit quelque chose. Cela n'empêche pas de vous octroyer un plaisir pour vous féliciter de votre engagement, votre détermination et de tous vos petits et gros efforts.

A bas l'avarice, optez pour un plaisir à la hauteur de la tâche ou du projet accompli. Surtout, n'oubliez pas de vous rappeler de toutes les compétences et qualités que vous avez dû solliciter pour atteindre votre objectif.

 

Voilà ce que j'essaye de mettre en oeuvre un peu plus chaque jour. J'espère que mes idées vous inspireront.

 

princesse-a25494832

 

Image de gregm

Publié dans Je mets en pratique

Commenter cet article